Newsletters " Ton corps te dit : Aime-toi "

Ton corps te dit : Aime-toi ou ce que le "mal-a-dit" m'enseigne

 

Notre corps nous avertit des dysfonctionnements que nous pouvons générer suite à des événements qui nous ont marqués et que nous ne sommes pas arrivés à digérer.

Toute douleur chronique ainsi que tout mal-être installé dans le temps nous appellent à un changement. 

L'objectif de ces newsletters est d'amener à une prise de conscience, préalable nécessaire pour pouvoir amorcer un changement.  

Elles sont élaborées à partir du vécu des consultations ou du vécu personnel.                                          

 

Astrologie et santé - 07/11/2016

En quoi l'astrologie et la santé peuvent-elles être liées, me direz-vous ? Et bien, elles marchent de pair car l'une génère l'autre. Laissez-moi vous éclairer, si vous le voulez bien...

Rappelons que L'Univers fonctionne selon quelques grandes lois que l'astrologie explique. Par exemple, nous sommes entrés, depuis quelques années, dans l'ère du verseau qui fait suite à l'ère du poisson annoncé par le Christ : " Aimons-nous les uns, les autres " avec toutes les désillusions et les incompréhensions (guerres de religion, idéal non incarné...) que cela a engendrées. Car le message n'est pas facile à appliquer dans la vie de tous les jours et il faut du temps pour l'intégrer. Des siècles et des siècles à l'échelle humaine.

Nous voici donc à l'étape suivante, l'ère du verseau, c'est-à-dire le verseur d'eau. Il s'agit maintenant d'appliquer cette loi d'amour du Christ, au quotidien et cela passe par la solidarité, l'internet... Tout ce qui nous relie au quotidien et qui nous amène à mieux nous connaître. Car l'inconnu fait peur tant qu'on ne l'a pas appréhendé.

Mais la santé dans tout ça, me direz-vous ? J'y viens. Je parlais de l'intégration qui demande du temps. Et bien, le temps, c'est la planète Saturne qui le symbolise (notre fameux Dieu Chronos dans la mythologie grecque). Quand nous sommes impatients, que nous ne laissons pas mûrir les choses, alors nous bloquons la libre circulation des énergies. A l'échellon personnel, il peut s'en suivre des problèmes de constipation puisque nous retenons les choses. N'oublions pas que notre estomac est notre deuxième cerveau - comme la science l'a découvert récemment -. Saturne régit aussi le squelette et donc l'ossification. Notre squelette est notre structure qui nous permet d'accomplir  nos tâches au quotidien. Si la planète Saturne ne " fonctionne " pas correctement dans votre thème natal, vous risquez fort de rencontrer ce genre de problème. Non par fatalité mais par réflexe de fonctionnement. Car c'est bien vous l'ultime créateur de vos expériences. N'oublions pas que tout est expérience et chemin d'évolution si nous acceptons d'ouvrir les yeux, et le coeur, pour grandir en joie d'être et d'union avec les autres.

Un autre exemple pour conclure ce vaste domaine qu'est l'astrologie. Vous êtes bélier. C'est la leçon que vous venez apprendre en cette vie - une des leçons - car il vous faut apprendre à vous exprimer et à afficher votre différence- Vous êtes sûrement trop balance, le signe opposé sur le zodiaque -. Trop balance, c'est-à-dire trop soucieux du regard des autres et de leur approbation car vous recherchez d'abord, dans les relations, l'harmonie et donc fuyez les conflits. Or il s'agit de trouver l'équilibre entre le moi-je du bélier et le nous-sommes de la balance. Trop de moi-je entraînera des actes impulsifs, voire colériques qui pourront se traduire par des maux de tête - message que votre corps vous transmettra pour rétablir l'équilibre -. Trop de nous-sommes entraînera un risque de " soumission " et donc de frustrations qui se manifesteront par des problèmes au niveau du bassin (marche difficile, douleur localisée..) - autant de messages que votre corps, là aussi, vous enverra pour rétablir l'équilibre -.

Soyons à l'écoute de notre corps. Faisons fonctionner notre cerveau droit, siège de l'intuition. Et nos actes quotidiens ne pourront que refléter notre harmonie avec la vie (avec soi comme avec les autres).     

Circulation d'énergie, méridiens et problèmes liés- 29/09/2016

Selon la médecine orientale, l'énergie circule dans le corps le long de trajets énergétiques appelés méridiens. Elle circule et fait le tour de ces méridiens en 24 heures. Ceci concerne les douze méridiens bilatéraux liés aux organes et aux viscères. Les méridiens gouvernent les grandes fonctions du corps et reçoivent le maximum d'énergie à certaines heures et ce pendant deux heures.

Ainsi, il peut nous arriver de nous réveiller systématiquement à la même heure la nuit sans comprendre le pourquoi de cette heure. Cela est lié au méridien le plus actif à ce moment-là.  

Par exemple,un réveil entre 1 heure et 3 heures du matin concerne le méridien du foie et indique une colère ou de la rancoeur accumulée. Entre 3 h et 5 h du matin, c'est le méridien du poumon qui est concerné; il y a sûrement quelque chose qui nous encombre, nous empêche de respirer et qu'il faut évacuer.

Un conseil : un massage de la voute plantaire au niveau de l'organe concerné - réflexologie plantaire - pourra atténuer le problème.

Le burn out - 07/06/2016

La personne atteinte de burn out -brûlée de l'intérieur- a vécu une pression telle, ou se l'est mise, qu'elle a fini par se mettre hors circuit. Il s'en suit un repli sur soi, une dévalorisation personnelle, accompagnée de symptomes physiques qui peuvent être de l'insomnie, de l'hypertension, une perte de mémoire, de l'anxiété...  fonction de l'ampleur du burn out. Le corps demande de s'arrêter afin de relâcher la pression et de récupérer.

Le burn out est souvent la face émergée de l'iceberg; l'élément déclencheur du burn out (pression au travail ou surmenage familial ou autre) est généralement l'indication que la personne concernée ne se respecte pas assez, ne s'écoute pas assez. Elle attend l'extrême limite pour écouter ses besoins et ses limites. Il s'agit souvent d'une personne qui a du mal à dire non et qui répond souvent qu'elle n'a besoin de rien. Elle s'oublie et oublie qu'elle est unique. Le burn out est l'occasion de se remettre en cause, voire de se réorienter professionnellement - si le déclencheur est professionnel - et si les aspirations personnelles ne sont plus en accord avec le métier.  

Les événements de notre vie , initiateurs de changements ou l'effet miroir de la vie - 09/02/2016

Nous nous insurgeons souvent contre les événements quand ils ne vont pas dans le sens que nous désirons ou lorsqu'ils sont jugés négatifs. Pour autant, et bien souvent, nous les avons appelés pour un changement, pour un mieux-être, si nous comprenons le message ou l'enseignement qu'ils nous apportent.

Ainsi, par exemple, une personne prôche vous dit que vous n'êtes pas capable, que vous ne savez pas faire. Si cette parole vous blesse, vous déstabilise, voire vous meurtrit, c'est l'indication que vous avez un travail à faire sur vous, qu'il y a une blessure à soigner; celle de la confiance en soi.

Deux options s'offrent à vous : la première, le déni de ce message. Cette personne est indélicate ou vous veut du mal en parlant de la sorte et peut-être, lui en voudrez-vous longtemps pour cet affront.

Ou bien la deuxième option, cette personne vous envoie inconsciemment un message porteur de guérison;  celui de vous accorder  l'estime de soi que vous êtes  en droit d'avoir naturellement . Car aujourd'hui, vous limitez votre  liberté d'être et d'action en manquant de confiance en vous. 

Alors, choisissons, même si c'est difficile, de regarder la poutre dans notre oeil plutôt que la paille dans l'oeil du voisin . Notre joie d'être et notre confiance en la vie ne pourront qu'augmenter au fur et à mesure que nos blessures d'être guériront.  

Mon corps, mon meilleur allié - 27/01/2016

Nous ne prenons conscience bien souvent de la chance d'être en bonne santé que lorsque nous tombons malade . Pourtant, si nous prêtons attention aux messages de notre corps, celui-ci nous prévient toujours de ce qui se trame et des déséquilibres que nous créons par nos schémas de pensée "erronés". Ainsi, à l'approche de l'hiver ou durant celui-ci, notre corps nous envoie des messages pour rester en bonne santé si celle-ci est fragilisée . Par exemple, une envie irrésistible d'un aliment est l'indication d'un manque que cet aliment va combler ; soit par les vitamines qu'il contient, soit par les nutriments spécifiques qu'il apporte . Le citron, par exemple , permet à notre corps de se rééquilibrer , le jasmin permet de lutter contre les rhumes.....

Si le déséquilibre est plus important, notre corps nous enverra d'abord un message "léger", tel un mal de tête ou une  fatigue anormale ou...Et si nous n'y prêtons pas attention, il enverra alors un message plus fort, par exemple une entorse ou une bronchite chronique ou...toujours  un mal-être en lien avec le problème à régler.

Faisons donc  de notre corps notre meilleur allié car c'est pour cela qu'il a été créé .Et restons centré sur le positif générateur de joie, de  bien-être et de santé afin que notre extérieur soit le reflet de notre intérieur.

Les couleurs- 31/12/2015

Bien souvent, nous avons une couleur fétiche ou l'envie, certains matins, de porter telle ou telle couleur. C'est notre âme qui nous parle à ce moment là, nous indiquant que nous sommes en manque de cette couleur.

Par exemple, porter du rose peut indiquer que nous sommes en manque affectif; du marron, que nous avons besoin de nous ancrer à la terre; du violet que nous sommes en besoin de spirituel ou en quête de compréhension de la vie ou de ce qui nous arrive; du bleu que nous avons besoin de communiquer avec les autres, prôches ou non ou encore du rouge que nous sommes en recherche d'énergie.

Alors, sachons écouter ces messages porteurs d'un mieux-être et d'un mieux vivre. Sachons prendre , ne serait-ce que quelques minutes de recul pour écouter nos besoins et satisfaire nos besoins profonds, ceux qui nous guident vers la joie d'être et la santé naturelle.  

Prise de conscience, pardon et guérison- 20/08/2015

Quand une douleur ou un mal-être se font chroniques, c'est l'indication que votre corps vous envoie un message, celui d'un dysfonctionnement à corriger. Sans cette prise de conscience et le décryptage de ce que le mal indique, le problème ne pourra être résolu de fond. On pourra faire disparaître le symptôme par médicaments , voire opération mais le mal resurgira plus tard car le problème n'aura pas été solutionné.

Après cette étape de prise de conscience, une étape de pardon à soi ou à l'autre pourra être nécessaire avant d'obtenir la guérison. Car le pardon, c'est le grand nettoyeur, c'est la remise à zéro du compteur afin de repartir à neuf.

 

Les vertiges- 13/06/2015

Ils nous font perdre pied. L'énergie s'échappe par le haut du corps et nous ne sommes plus enracinés à la terre.

Car nous essayons de fuir une situation qui nous pertube. Nous avons peur de perdre notre équilibre et souvent de prendre une décision amenant des changements.

 

L'hypertension- 29/05/2015

Pourquoi suis-je tendu(e) à ce point? Quelle pression je me mets?

L'hypertension a souvent à voir avec des blessures non résolues du passé et l'on revit régulièrement des situations qui rappellent ces blessures non résolues, avec de la culpabilité à la clé. On se croit responsable du bonheur des autres. On est de plus hyper émotif, ce qui fait que l'on dramatise facilement les situations. On est souvent trop perfectionniste et soucieux du bonheur des autres, oubliant que chacun a son chemin et ses expériences à faire.

 

L'asthme- 20/04/2015

L'asthme touche notre respiration. Il se manifeste par une difficulté à respirer, un étouffement.

Il indique que nous avons du mal à aspirer la vie à pleins poumons. Une situation ou une personne nous empêchent d'être nous-même et nous étouffent. Nous pourrions dire: " Laissez-moi respirer ou vivre!"

La fibromyalgie- 04/04/2015

On ressent des douleurs diffuses dans les muscles au point de devoir parfois s'arrêter de travailler. On vit généralement du stress, voire de la culpabilité. On ne se donne pas le droit de ne pas être à la hauteur, on a peur de faillir à ses responsabilités. On culpabilise si on n'y arrive pas car on se met la barre trop haut, oubliant que nous avons nos limites car nous sommes humains.

La tendinite- 19/03/2015

Pourquoi sommes-nous tendu(e)? Quelle situation nous amène à être tendu(e)?

On vit souvent la peur d'une rupture, d'un échec affectif, sentimental ou professionnel. Il y a  souvent une colère refoulée que l'on n'exprime pas par peur de cette rupture.

L'endroit du corps affecté par la tendinite donne une indication sur le domaine concerné par la peur. Une tendinite à l'épaule pour un joueur de tennis peut indiquer une peur de ne pas être à la hauteur. On préfère s'arrêter de jouer plutôt que d'affronter cette peur.

Quelques techniques de soins- 28/02/2015

1- La médecine classique ou allopathique

Elle utilise les médicaments , c'est-à-dire une substance chimique induisant un effet sur la maladie.

2- Les médecines envoyant une information au corps

L'homéopathie utilise une quantité infime d'une substance qui incite le corps à déclencher une réaction biologique.

L'acupuncture qui travaille sur les méridiens envoie, tout comme la thérapie par les couleurs, des signaux incitant le corps à se guérir.

3-La médecine énergétique

Elle travaille sur le corps énergétique en restaurant l'équilibre. Là encore, l'énergie diffuse des messages pour que le corps se guérisse.

4-Les techniques de visualisation ou pensée créatrice

Elles travaillent directement sur l'ADN en lui indiquant la démarche à suivre. Il s'agit de programmer la guérison, de la ressentir pour la faire advenir. C'est un processus qui demande de la confiance en ses capacités naturelles de guérison et de la répétition pour bien engrammer celle-ci. 

Les problèmes de peau- 20/02/2015

La peau est notre contact avec l'extérieur, ce que nous montrons de nous-même. Un problème de peau indique que nous portons trop d'attention à ce que les autres pensent de nous. Elle indique notre trop grande sensibilité au regard des autres.

Par exemple, si nous rougissons facilement, c'est que nous avons peur de ne pas répondre aux attentes des autres.

Des démangeaisons? Qu'est-ce-qui nous démange de dire,de faire?

Si nous avons une peau sèche, c'est que nous ne nous prenons pas avec assez de douceur. Nous nous contrôlons trop.

De l'émotion à la maladie - 03/02/2015

Rappelons que nos émotions sont des é(nergies en)motion, c'est-à-dire en mouvement.

Quand une émotion "négative" nous submerge (tristesse, colère, frustation, déception...), cette énergie de basse fréquence va se loger dans l'organe correspondant à ce qu'elle déclenche chez nous, par l'intermédiaire des centres énergétiques. Par exemple, le décès d'un proche peut provoquer des problèmes de foie - c'est la crise de foie ou de foi- car c'est notre foi en la vie qui est touchée. Le plexus solaire, siège des émotions et gérant le système digestif, le foie, la rate et le pancréas, va transférer cette énergie dans l'organe qui nous avertira de l'impact sur nous de cette émotion; ici le foie.

Ou nous pouvons avoir un problème d'épaule car nous perdons le soutien de la personne décédée et nous ne nous sentons plus épaulé. Ou d'autres scénarii selon l'émotion ressentie. Bien sûr, il faut compter avec le temps et nos prises de conscience personnelles.

Un problème ne surviendra que si nous n'avons pas pris conscience de ce problème et si nous n'y avons pas remédié. 

Emotions et énergies- 27/01/2015

En quoi nos émotions nous affectent-elles?

Nous apprenons une mauvaise nouvelle et voila que notre estomac se noue (notre plexus solaire qui gère notre système digestif vient de prendre un coup) ou nous ne savons plus parler, nous sommes sans voix (c'est notre centre énergétique de la gorge qui est alors atteint). Résultat, nous nous vidons de notre énergie.

Etonnant? Non si nous savons que l'émotion, c'est de l'é(nergie en) motion, c'est-à-dire en mouvement.

Alors, sachons tant que possible, cultiver le positif plutôt que le négatif car si une émotion négative comme la colère, la tristesse nous déstabilise et nous vide de notre énergie, alors une énergie positive comme la joie ou l'amour nous remplit et nous donne le carburant nécessaire pour rester en bonne santé et aller de l'avant.

Energie et conscience - 17/01/2015

Et si nos centres énergétiques étaient aussi conscience...

Nos centres énergétiques principaux, encore appelés chakras sont répartis le long de la colonne vertébrale (du premier chakra situé au coccyx au septième chakra, la fontanelle au sommet du crâne). Chacun a une couleur différente, du rouge 1er chakra au violet 7ème chakra. On retrouve là les 7 couleurs de l'arc-en-ciel. Ils vibrent tous à une fréquence ou longueur d'onde différente. Mais ils gèrent également une fonction psychologique que l'on peut percevoir si l'on est sensitif.

Ainsi :

Notre 1er chakra de couleur rouge indique notre énergie vitale et notre désir de vivre sur cette terre.

Le 2ème chakra orange ou hara des japonais indique notre sécurité intérieure et notre capacité à apprécier la vie.

Le 3ème chakra jaune ou plexus solaire (c'est le siège des émotions et donc aussi des angoisses) : notre joie de vivre et notre rayonnement personnel.

Le 4ème chakra vert ou plexus cardiaque : notre capacité à aimer, à donner et à recevoir de l'amour.

Le 5ème bleu cyan ou plexus de la gorge: notre capacité à communiquer et à trouver notre place dans la société.

Le 6ème indigo ou troisième oeil des hindous : notre capacité de compréhension (concepts, idées) et notre capacité de visualisation.

Enfin le 7ème chakra violet indique notre ouverture spirituelle, notre connexion à un "plus grand" que nous.

Chaque centre, dans son domaine respectif et si on sait le lire, nous transmet donc notre façon d'appréhender le monde ainsi que nos peurs, nos blessures, nos combats.

Les problèmes de genoux - 12/01/2015

Ou le je et le nous. Plus encore que la cheville, c'est notre capacité d'adaptation et de souplesse face à l'autre qui est en jeu.

Un problème de genou indique que nous sommes trop rigide dans notre façon d'aborder les autres ou que nous ne voulons pas plier face à l'autre. Nous avons peut-être peur que plier devant l'autre revienne à se mettre à ses genoux.

L'enfant intérieur - 02/01/2015

Nous avons tous en nous un enfant intérieur qui ne demande qu'à vivre. Cet enfant intérieur, c'est cette partie de nous qui veut retrouver son âme d'enfant; quand nous étions confiant en la vie, sans souci, libre intérieurement, spontané et aimant.

Il est associé à notre cerveau droit (l'intuition, la sensibilité, le côté artiste...) qui gère notre côté gauche du corps, de l'épaule gauche au pied gauche.

Un problème physique côté gauche, épaule au pied, indique généralement que nous n'écoutons pas nos besoins, que nous nous oublions et notre corps nous l'indique par la partie qui dysfonctionne.

Le stress - 22/12/2014

Vaste sujet...

Qui n'a pas connu le stress au moins une fois dans sa vie ? Il est inhérent au fonctionnement de notre Société et de cette course au temps qui la caractérise. Car le stress caractérise bien ce temps qui nous échappe: Aurons-nous le temps de faire les choses comme il faudrait, comme on les attend de nous ou comme on se les ait fixées ? Serons-nous à la hauteur de nos responsabilités, de nos challenges (concours, projet professionnel...) ?

Il implique bien souvent le regard de l'autre et son jugement, réel ou supposé. Il nous demande une prise de recul, c'est-à-dire un "arrêt sur images", pour se distancier de l'événement générateur de stress et le relativiser.

Sinon s'en suivront fatigue (voire épuisement), tensions (au niveau du dos bien souvent), insomnies... et bien d'autres maux encore; signaux d'alerte envoyés par notre corps pour stopper cet engrenage du stress.

Quelques maladies de saison: la bronchite et l'angine - 15/12/2014

La bronchite : Pourquoi je bronche ? Quand elle est chronique, elle nous signale qu'il y a quelque chose qui nous encombre et qui nous fait râler (dans tous les sens du terme). Un problème nous pertube et nous essayons de l'évacuer.

L'angine : Elle se situe au niveau de la gorge. Quand elle est chronique, elle indique qu'il y a une situation qui reste en travers de notre gorge; situation que nous n'arrivons pas à avaler ou à intégrer.

Les blessures de l'âme (dernier volet) - 9/12/2014

La blessure d'injustice : On a eu le sentiment de ne pouvoir être soi-même, de ne pouvoir s'exprimer librement et on a trouvé cela injuste. Depuis, on se protège en évitant de ressentir : on a d'ailleurs tendance à se croiser les bras (on protège son plexus solaire, siège des émotions) et à devenir perfectionniste; c'est-à-dire parfait.

On emploie souvent des phrases du type : "Pas de problème...", "Justement...", "Toujours...", "Jamais...".

Selon l'importance de la blessure ressentie, le corps la manifestera plus ou moins dans sa morphologie : corps droit, rigide, le plus parfait possible. 

Les blessures de l'âme (suite 4) - 30/11/2014

La blessure d'humiliation : On a été humilié ou on s'est senti humilié; on a ressenti de la honte. Depuis, on se protège et on prend du poids (c'est une carapace). On en prend beaucoup sur le dos car on cherche à se faire accepter, à se faire reconnaître. On a de ce fait du mal à dire non aux demandes des autres. On donne souvent l'image d'une personne gaie mais c'est plutôt une façade.

On emploie souvent des phrases du type : "Je ne suis pas digne."

Selon l'importance de la blessure ressentie, le corps la manifestera plus ou moins fort dans sa morphologie : on est en surpoids important.

Les blessures de l'âme (suite 3) - 23/11/2014

La blessure de trahison : On a été trahi ou on s'est senti trahi. Pour ne plus revivre cette situation, on en vient à vouloir contrôler les situations ou les autres car on n'a plus confiance. On perd beaucoup d'énergie car tout est contrôlé et l'on ne peut être soi-même.

On emploie souvent des phrases du type : "Je suis capable.", "Laisse-moi faire seul(le).", "Fais-moi confiance.", "Je n'ai pas confiance."

Selon l'importance de la blessure ressentie, le corps la manifestera plus ou moins fort dans sa morphologie : buste fort chez l'homme, hanches larges chez la femme.

Les blessures de l'âme (suite 2) - 17/11/2014

La blessure d'abandon : La personne a été abandonnée ou s'est sentie abandonnée. Il s'en suit un besoin de dépendance car on ne veut plus revivre cette situation. On a du mal à vivre seul ou à faire seul.

On emploie souvent des phrases du type: "Je suis seul(le).", "Je ne supporte pas..."

Selon l'importance de la blessure ressentie, le corps la manifestera plus ou moins fort dans sa morphologie : corps d'apparence plutôt frêle, voûté qui appelle à ce que l'on s'occupe de lui.

Les blessures de l'âme 1 - 11/11/2014

En tant qu'être humain, nous portons tous une ou plusieurs blessures d'enfance. Elles sont au nombre de 5 : blessure de rejet, d'abandon, de trahison, d'humiliation et d'injustice.

Enfant, nous n'avions pas moyen de les évacuer. Nous avons donc appris à vivre avec et cela a conditionné notre perception de la vie. Nous en avons peut-être pris conscience en rencontrant toujours les mêmes écueils ou nous nous sommes résignés, pensant que notre vie devait être ainsi.

La blessure de rejet : Elle apparaît tôt dans la vie quand nous avons le sentiment de n'être pas accepté par l'un de nos parents, de ne pas être désiré. Il s'en suit un sentiment de ne pas avoir de valeur, d'être nul, sans droit à l'existence. On a de ce fait du mal à trouver sa place dans la vie.

On emploie souvent des phrases du type: " Je suis nul(le)." "Ce n'est rien."

Selon l'importance de la blessure ressentie, le corps la manifestera plus ou moins fort dans sa morphologie : corps d'apparence plutôt chétive, asymétrique, fuyant.

Les problèmes de cheville - 4/11/2014

Les chevilles représentent notre ouverture au monde, la concrétisation du pas que nous posons pour avancer, de la direction que nous prenons.

Un problème à la cheville indique que nous avons du mal à nous ouvrir à de nouveaux projets, que nous nous sentons bloqué comme chevillé, que nous avons peur d'avancer et que nous nous sommes "rigidifié". 

Les problèmes de pied - 28/10/2014

Les pieds nous permettent d'avancer dans la vie. Ils sont donc particulièrement importants. D'ailleurs, en réflexologie plantaire, tout notre corps y est inscrit. Ils sont aussi notre ancrage à la terre.

Alors, que veut dire un mal de pied ?

Et bien, que ce n'est pas le pied ! : Ils indiquent que la vie nous parait pesante, que nous avons perdu la joie de vivre ou que la vie ne nous apporte pas ce que nous en attendions. 

Les maux de dos - 20/10/2014

Ils sont un des maux de notre société et nous indiquent bien souvent que nous en avons plein le dos, que nous nous en mettons trop sur le dos.

Dans le bas du dos, ils signalent une insécurité matérielle : manquons-nous d'argent ? Avons-nous trop de responsabilités ?

Dans le haut du dos, ils indiquent que nous nous en mettons trop sur les épaules, que nous ne nous sentons pas suffisamment épaulés.