Blessures émotionnelles ( abandon, rejet, trahison, humiliation,injustice )

Notre corps marque les blessures et en particulier celles émotionnelles, en les engrammant dans sa morphologie, si celles-ci n'ont pas été digérées et réglées. Ainsi nous portons  tous des blessures avec lesquelles nous avons appris à vivre mais qui sont autant de filtres au travers desquels nous regardons et transformons la réalité.

Il y a cinq blessures émotionnelles, selon Lise Bourbeau, qui caractérisent l'être humain :

- La blessure de rejet : la personne s'est sentie rejetée ; elle aura tendance à fuir les situations de peur d'être rejetée. Elle aura de ce fait du mal à prendre sa place. 

- La blessure d'abandon : la personne s'est sentie abandonnée ; elle aura tendance à devenir dépendante et aura une difficulté à construire un couple ou des amitiés solides.

- la blessure de trahison : la personne s'est sentie trahie ; elle aura tendance à ne plus avoir confiance dans les autres et à vouloir les contrôler.

- la blessure d'humiliation : la personne s'est sentie humiliée ; elle aura tendance à porter beaucoup ( prise en charge des problèmes des autres ) d'où sa prise de poids . Elle adoptera un comportement " masochiste ".

- la blessure d'injustice : la personne s'est sentie coupée dans son épanouissement ; elle aura tendance à se couper de ses émotions et à chercher la perfection d'où une certaine rigidité.

Ces blessures s'inscrivent à terme dans le corps et peuvent être travaillées par un travail énergétique sur les chakras, centres qui régulent la psyché et le somatique .

Rappelons que chaque chakra gère une sphère émotionnelle ( stress, assimilation, digestion, estime de soi, peurs ... ) et les organes qui leur sont proches.

Par exemple, le plexus solaire gèrera l'estomac, le foie, le pancréas, la bile et la rate pour les organes ; l'estime de soi, la gestion et digestion des émotions ( estomac noué ) et la volonté pour la sphère émotionnelle .

Un chakra perturbé provoque une baisse d'énergie, un mal-être, voire une somatisation si on ne prête pas attention au langage du corps et à ce que ce dernier nous dit ; rappelons, par exemple, qu' une bronchite nous invite à réfléchir sur le fait de broncher.